𝕄𝕠𝕟 𝕡𝕣𝕖𝕞𝕚𝕖𝕣 𝕥𝕣𝕚𝕞𝕖𝕤𝕥𝕣𝕖

Je suis à la fin de mon premier trimestre, vous savez le trimestre « fantôme », celui qui ne compte pas. C’est durant ces premières semaines pourtant que la femme ressent tous les changements. Ces changements sont certes invisibles mais bel et bien présent.

Mon quotidien a tout de suite considérablement changé. J’ai très vite ressenti une grandeeeeee fatigue, comme si quelqu’un avait glissé un somnifère dans ma nourriture. Puis est venue ensuite, un goût métallique dans la bouche comme si elle contenait des pièces de monnaie. Mon appareil digestif marchait au ralenti, je me nourrissais de petites quantités toutes les 2h. Au-delà de tous ces désagréments, je n’ai pas été sérieusement malade.

Les coupables de ces nombreux dérèglements sont les hormones (l’œstrogène et la progestérone) qui sont aussi essentielles au bon déroulement de la grossesse.

Certes, ces changements ont été éprouvants mais le plus difficile pour moi, ça a été le côté psychologique. On dirait que mon hypersensibilité est décuplée. Un jour, je suis heureuse et un autre je suis carrément triste. Les montagnes russes! Je pleure sans raison, je passe des heures à me torturer l’esprit avec 1001 questions. Je suis tétanisée par le fait de ne pas être à la hauteur, tétanisée par le manque de sommeil et d’être souvent sollicitée. J’ai vais devoir gérer les émotions de mon pti’bout ainsi que les miennes. J’ai peur d’être submergée.

Je trouve que l’on n’est pas assez préparé pour cette expérience, on n’est pas au courant de ce qui pourrait se passer. Non, au contraire, une fois enceinte, tout le monde se met à commenter la façon dont tu vis ta grossesse. Tu ne peux pas faire ci, pas faire ça, ainsi en te rabaissant au statut de malade qui n’aura plus jamais de vie et qu’à partir du moment où tu tombes enceinte, tu ne deviens QUE maman. TU DOIS TE SACRIFIER!

Je refuse de m’oublier, de ne vivre qu’à travers mon petit et de me sacrifier. En fait, je refuse que mon bébé devienne une corvée tout simplement!

Ce que je désire c’est d’être épanouie et heureuse pour que mon bébé soit épanoui et heureux. Je désire grandir et apprendre en même temps que lui. Je désire avec lui m’amuser et rigoler aux éclats. Je désire encore plus qu’il me fasse confiance et qu’il sache que quoiqu’il arrive je serais à ses côtés.

Dans cet article, j’ai voulu parler de ce qui est « tabou » dans la grossesse. On pourrait croire que je ne suis pas heureuse mais si je le suis. Je ne reviendrais pour rien au monde en arrière.

Je l’aime déjà tellement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :